Après le jour1 de l’International Women Workshop consacré à la célébration de l’anniversaire de la Présidente-Fondatrice du réseau, Désirée DJOMAND, le 6 mars, la seconde journée, la journée du 8 mars, a été consacrée à la présentation des activités de PLAMFE-Rwanda sur le thème : « Women in leadership » et du Togo sur le thème : « Femme et entrepreneuriat pendant la crise en milieu rural ».

Mais le clou de cette journée aura été la communication de Me Paule FOLQUET DIALLO, Avocate et Vice-présidente de Women Caucus For Lobbying » sur « le droit de la femme dans la famille ». 

Women Caucus For Lobbying est l’une des 6 entités de la PLAMFE dirigée par Kade BA, à côté de Haut Conseil des Femmes Chefs d’Entreprise, l’académie des Femmes pour l’Entrepreneuriat, l’autonomisation et le leadership, Women Initiatives Trading, l’observatoire de l’Entrepreneuriat Féminin et ‘’ PLAMFE He For She’’.  

Dans son exposé Me FOLQUET DIALLO explique qu’en cas de décès du conjoint, dans un mariage où le couple a opté pour la communauté de biens, la femme a droit à 25% des parts de l’héritage du conjoint, en plus de sa part de biens. Aussi, lorsque le conjoint a en projet de vendre un bien appartenant à la famille, il doit au préalable avoir l’avis de sa femme, sinon celle-ci peut demander l’annulation de la vente. Il lui suffit de prouver qu’il y va de l’intérêt de la famille. Pour Mme FOLQUET, contrairement à une idée reçue, le régime de la séparation de biens est encouragé dans le cas où l’un des conjoints en engagé dans des affaires. Ceci en vue d’éviter d’hypothéquer les biens de la famille.    

 Autre sujet abordé dans cet exposé par la vice-présidente de Women Caucus For Lobbying, c’est la question de l’enfant adultérin. Selon Me POLQUET DIALLO, si par le passé la loi obligeait le mari d’avoir le consentement de la femme pour accepter l’enfant conçu hors-mariage désormais dans la loi de 2019 les choses ont changé. Toutefois, l’époux doit informer sa femme par voie d’huissier, dans l’intérêt de l’enfant, autrement, la femme a le droit de refuser et saisir le tribunal pour annuellement si la procédure n’a pas été respectée.   

Ce fut des échanges fructueux entre les participants avec comme modérateur Sophie THIAM, vice-présidente de la PLAMFE Mondiale chargée des entreprises africaines.  

Rappelons que International Women Workshop est une plateforme de rencontres, d’échanges et de partages d’expériences créée par le bureau exécutif de la PLAMFE. Il regroupe deux évènements majeurs, l’anniversaire de la Présidente-Fondatrice et la Journée Mondiale de la PLAMFE.

Eugène YAO