Déclaration de la Présidente Mondiale de la PLAMFE

Le monde entier célèbre la Journée Internationale pour l’élimination des Violences à l’égard des Femmes, ce mercredi 25 novembre 2020.

Pour l’histoire, cette journée tient son origine en 1960, depuis l’assassinat des sœurs MIRABAL, trois sœurs (Patria, Minerva et Maria Teresa), en République Dominicaine qui ont été assassinées froidement par le dictateur Rafael Trujillo, qui n’a pas digéré le refus de ses avances par Minerva MIRABAL, la deuxième fille de la famille MIRABAL.

Ainsi, depuis 1993, l’Assemblée générale des Nations Unies a adopté une déclaration sur l’élimination des violences à l’égard des femmes sous toutes ses formes.

Mais c’est le 17 décembre 1999, que l’Assemblée Générale des Nations-Unies a proclamé le 25 novembre, la Journée Internationale pour l’élimination des Violences contre les Femmes.

Aujourd’hui encore les violences à l’égard de la femme continuent d’être un frein à l’épanouissement de la femme et de la petite fille., dans les foyers, au travail, à l’occasion de crises socio-politiques.

Au cours donc de cette journée, les gouvernements et les organisations de la société civile sont donc invités à sensibiliser le public sur tous actes de violences dirigés contre le sexe féminin pouvant causés aux femmes un préjudice ou des souffrances physiques, sexuelles ou psychologiques.

 La Plateforme Mondiale des Femmes Entreprenantes (PLAMFE), notre réseau, qui a fait de la promotion de la femme son crédo sera toujours engagée auprès des femmes pour la défense de leurs droits.



Au sein de notre réseau, nous avons mis en place, l’Académie des Femmes pour l’Entrepreneuriat, l’autonomisation et le leadership (AFEAL). Cette Académie est un centre de ressources dédié à l’éducation, la formation, le perfectionnement et le renforcement des capacités femmes. Nous avons compris que plus les femmes sont formées, mieux elles peuvent défendre leurs droits. Le constat est que beaucoup de femmes subissent des violences parce qu’elles ne connaissent pas leurs droits.

C’est aussi l’occasion d’inviter les femmes à adhérer à un réseau, comme le nôtre, dans le cadre de l’économie solidaire afin que nous puissions mutualiser nos efforts pour faire avancer la cause des femmes parce que c’est ensemble que nous serons plus fortes.

Dans le cadre de nos actions, nous avons mis en place, récemment, un centre d’éducation et de formation uniquement réservé aux femmes dont le siège social est basé à Abidjan, au Centre des Affaires carré Massina (Boulevard de l’aéroport). C’est un espace de savoir et de transmission du savoir.

 Justement, parce que nous avons compris que l’éducation et la formation sont deux leviers sans lesquels aucun changement positif ne peut s’opérer. A travers cette tribune, les femmes, tant du milieu urbain que du monde rural, peuvent bénéficier de sessions de formations, en français en Anglais, pour celles qui ont pour anglais comme langue de travail, en tenant compte de leurs spécificités.

Les formules de formation sont adaptées aux apprenantes, en présentiel ou en ligne. En fonction des partenariats, il y a des formations par visio-conférence.

L’objectif de toutes ces initiatives est de donner aux femmes une véritable formation et des outils pour les aider à lutter contre les violences et les discriminations dont elles sont victimes dans la société, mais surtout à réagir pour sortir des situations difficiles.


Désirée DJOMAND

Présidente du Conseil d’Administration de la Plateforme Mondiale des Femmes Entreprenantes